top of page
  • aimimmovannes

Hôtel de Limur

Dernière mise à jour : 5 juil. 2023

Hôtel particulier de charme, siégeant fièrement au numéro 31 de la rue Thiers, l'Hôtel de Limur est un monument cher au cœur des Vannetais accueillant, depuis le 21 Mai 2021, le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine.

Le CIAP est un projet culturel communal visant à expliquer l'évolution architecturale, urbaine et paysagère de Vannes Agglomération au travers des époques. Anciennement Hôtel des Douves, l’Hôtel de Limur porte son nom de ses propriétaires de 1820 à 1947 : Monsieur et Madame Charles Chanu De Limur. Cet hôtel particulier de charme, étendu sur 800m2 et 4 niveaux, a en effet vu se succéder bon nombre de propriétaires.


« UN RÉCIT PATRIMONIAL MOUVEMENTÉ »

L'Hôtel fût construit, fin 17e pour le chanoine de la Cathédrale de Vannes : Raymond Le Doulx qui, déjà âgé lors de sa construction n’y résidera que très peu. Il s’attela à développer le domaine par l’achat de différents bâtiments. À sa mort en 1763 c’est son neveu qui prend la suite et fait installer, entre autres, les jardins à la française. En 1780 ce sont Joseph et Catherine De Gouvello qui aménagent le lieu et procèdent à l'agrandissement des fenêtres, posent les balcons ainsi que les portes fenêtres.

Cependant, propriétaires d'un château sur la presqu'île de Rhuys ils n’y vivront que rarement et l’endroit leur sera confisqué à la révolution française. Ce fût ensuite une succession de propriétaires jusqu’en 1820. Racheté par Charles Chanu De Limur qui donna son nom au lieu, la demeure sera habitée à temps plein par la famille jusqu'en 1947 où de nouveaux propriétaires décident de la vendre à la ville. D'abord musée municipal, l’Hôtel abritera, par la suite, différentes écoles ainsi que des expositions temporaires. Cédé à l’état dans les années 80 puis récupéré par la Ville en 1991, c’est en 1993 qu’il sera classé aux monuments historiques. Son état de ruine nécessitera une importante restauration de 1997 à 2010 sous l'œil avisé de l'architecte LAGNEAU et des Architectes des bâtiments de France, installés aujourd’hui, pour l’anecdote, au « Petit Limur » ou hôtel de Penvern, contigu à notre sujet.


« GRANDEUR ET MAJESTÉ »

Logé au fond de la cour d’honneur, le corps de logis principal, aux proportions peu communes, à la fois sobre et majestueux, délivre une façade aux lignes horizontales et aux fenêtres surmontées de mascarons, héritiers des origines Bordelaise de Le Doulx. Parmi les 10 représentés : le chanoine lui-même et le roi soleil. Composé de pierre de Tuffeau, l’édifice établi entre cour et jardin, visait à traduire un signe notable de richesse. À l’extérieur trône l’ancien escalier de l’Hôtel de Ville (lorsque celui-ci était installé place des Lices) dont la restauration est en cours. À l’entrée subsiste une porte en bois moulurée. À l’intérieur, pas de mobilier d’époque dont on ne tient d'ailleurs aucune information. Le rez-de chaussée, au sol carrelé, était historiquement dédié aux cuisines. Il accueille aujourd’hui la boutique, l’accueil du CIAP et deux salles liées au projet culturel du lieu. La chronologie de la déambulation se fait à l'envers ainsi la 1ère salle s'ouvre sur le 21e siècle et sur une exposition temporaire. En enfilade, la seconde propose, de manière interactive, l’évolution des différents quartiers. Empruntons maintenant le somptueux escalier tournant en pierres blanches pour accéder aux étages. Au centre du puit, descends un luminaire qui sera bientôt déposé pour faire place à une œuvre de la maison HISLE. Ce projet, secrètement gardé, fera l’objet d’un événement au printemps. Au 1er étage, on trouve l’ancienne salle à manger, les appartements de Madame et des enfants tandis que le second étage accueillait les appartements de Monsieur et de ses serviteurs avec bien plus d’espace.

Tour à tour, le lieu porté par l’histoire dévoile parquets, boiseries à moulures du 18e, cheminées en marbre 18e et 19e.


Ici les époques cohabitent : l’histoire architecturale de l’Hôtel de Limur au service de l’évolution du Patrimoine de la ville et de ses alentours dépeint au travers du récit du personnage fictif de M. GLAD qui, vous le verrez certainement, a établi demeure au sein du 2ème niveau !


N’en dévoilons pas plus ! Ce Centre d'Interprétation d'Architecture et du Patrimoine contribue à découvrir ou de redécouvrir le territoire de la ville de Vannes et de ses agglomérations de manière ludique: puzzles, maquettes tactiles et projections permet au public d’être acteur de son exploration. Des visites guidées et évènements y sont régulièrement proposés donc courez-y c’est gratuit !

6 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page